Un regard de plus près sur la prise de décision inter-personnelle chez les adultes présentant un retard mental et ceux ne présentant pas un retard mental

L. Hickson, H. Golden, I. Khemka, T. Urv et S. Yamusah

Deux études ont été effectuées pour examiner la performance de prise de décision inter-personnelle des femmes et des hommes présentant un retard mental et ceux ne présentant pas un retard mental. Dans l'étude 1, les adultes présentant un retard mental ont écouté soit la brève ou la longue vignette décrivant des situations dans lesquelles une femme ou un homme protagoniste a dû faire face à une prise de décision impliquant soit un pair ou une figure d'autorité. Dans l'étude 2, les adultes ne présentant pas de retard mental ont écouté les longues versions des vignettes. Comme attendu, la tâche a été considérablement plus difficile pour les participants présentant un retard mental que pour les participants ne présentant pas un retard mental, probablement à cause des différences dans leur habileté à bien comprendre les situations sociales. Dans les deux études, les femmes ont mieux réussi que les hommes. Les résultats indiquent que les facteurs émotionnels et de motivation ont pu contribuer à ces différences.

Démographie des foyers familiaux

G. T. Fujiura

Un profil démographique des individus présentant un retard mental associé à des incapacités du développement a été élaboré à partir d'une enquête nationale sur les foyers, le Survey of income and program participation.. Au total, nous estimons le nombre d'américains présentant un retard mental à 2, 97 millions dans la population en 1991, dont 2,63 millions vivant à l'extérieur du système des soins de longue durée. Les observations indiquent que (a) les familles constituent la forme dominante de soutien ainsi elles peuvent jouer un rôle politique important dans les débats concernant les personnes ayant des incapacités, (b) une grande cohorte vit actuellement dans des maisons tenues par les membres vieillissant de la famille et (c) il y a des différences significatives entre les sous-groupes des familles, définis de façon primaire, selon le genre et les lignées raciales.

L'impact de l'âge et du transfert hors des centres de soins prolongés pour des adultes présentant un trouble envahissant du développement

T. Heller, A. R. Factor, K. Hsieh et J. E. Hahn

L'impact du transfert d'un centre de soins prolongés vers des milieux communautaires a été évalué en comparant la santé, le fonctionnement en communauté et la satisfaction du style de vie des personnes transférées à ceux des personnes non transférées, au Temps 1 et Temps 2 (3 ans plus tard). Nous avons également étudié si l'âge était un facteur significatif dans les résultats des transferts. L'échantillon incluait 165 personnes non transférées et 67 personnes transférées, âgées de 30 ans et plus, vivant initialement en centres de soins prolongés. Les résultats ont indiqué que les personnes transférées ont montre les bienfaits d'une meilleure santé et d'une amélioration du fonctionnement en communauté. De plus, des entrevues avec les résidants ont indiqué des augmentations de la satisfaction du style de vie plus élevées chez les personnes transférées que chez celles non transférées. L'âge des résidants n'a pas eu un impact significatif sur les effets du transfert hors des centres de soins prolongés.

L'apparition tardive du babillage canonique: un marqueur précoce possible de développement anormal

D. K. Oller, R. E. Eilers, A. R. Neal et A. B. Cobo-Lewis

Pas plus tard qu'au dixieme mois de vie, les nourrissons produisent typiquement un babillage canonique qui dénote leur habileté à produire des unités phonétiques requises à un langage parlé signifiant. La recherche tend à indiquer que l'émergence du langage parlé ou des troubles reliés au langage pourraient être associés à l'apparition tardive du babillage canonique. L'apparition dubabillage canonique a donc été étudiée auprès de 1536 nourrissons à risque à l'âge corrigé de 10 mois environ. Questionner les parents par l'entremise d'un questionnaire ouvert s'est avéré une méthode efficace de s'enquérir adéquatement du niveau de babillage. Les délais rapportés, quoique non fréquents, se sont retrouvés souvent associés à des aberrations génétiques, neurologiques, anatomiques et/ou physiologiques. Aussi, plus de la moitié des cas de babillage canonique tardif ne sont pas, au moment de leur identification, associés à des diagnostics médicaux significatifs déja établis. Ainsi, le babillage canonique tardif serait peutêtre un prédicteur d'incapacités dévelop pementales ultérieures, incluant des problèmes de langage parlé (parole), de langage et de lecture.

Les comportements problématiques associés aux syndromes chromosomiques avec délétion de Prader-Willi, Smith-Magenis et du Cri du Chat

D. J. Clarke et H. Boer

Les comportements problématiques des individus présentant un des trois troubles avec une délétion chromosomique (5P-Cri-du-chat, 15q- Prader-Will ou 17p- Smith-Magenis) ont été étudiés. L'Aberrant Behavior Checklist a été utilisé. Les résultats sont opposés à ceux de deux groupes de personnes présentant un retard mental décrits dans d'autres études. Cette grille évalue plusieurs, mais pas tous les comportements potentiellement pertinents. Les troubles alimentaires connus comme étant problématiques pour le syndrome de Prader-Willi ainsi que les troubles du sommeil connus comme étant problématiques pour le syndrome de Smith-Magenis, n'ont pas été inclus dans cette étude. Ces trois troubles ont été associés à des taux de comportements problématiques plus élevés que le groupe contrôle sur au moins une sous-échelle de la grille. Ces résultats tendent à supporter le modèle partiellement spécifique des comportements associés aux syndromes d'origine génétique.

Les influences sur les perceptions parentales concernant les pratiques d'intégration pour leurs enfants présentant un retard mental

D. S. Palmer, S. A. Borthwick-Duffy, K. Widaman et S. J. Best

Les influences sur les perceptions parentales ont été examinées concernant la pratique d'intégration à l'intérieur des classes régulières des élèves présentant des incapacités cognitives importantes. Les résultats ont confirmé que les perceptions ont été influencées de façon significative par des caractéristiques du parent et de l'enfant ainsi que par des facteurs associés à l'histoire de placement de l'enfant. De plus, les facteurs influençant ces perceptions ont différé selon les variables des dimensions de l'intégration considérées. Nous soutenons que l'efficacité de tous les types de modèle éducationnel spécifiques ne peut être déterminée sans tenir compte de la dynamique complexe impliquée dans l'interaction entre les caractéristiques individuelles de l'enfant et du parent, les valeurs familiales et le rôle perçu de l'école.

L'usage des verbes par les individus ayant le syndrome de Down

L. J. Hesketh et R. S. Chapman

La présente étude a fait l'examen de la production de verbes grammaticaux et lexicaux dans les contenus narratifs provenant de 29 individus ayant le syndrome de Down et 29 participants contrôles au développement typique et appariés au niveau linguistique (stades 3,4 et 5 de Brown). Nous nous sommes penchés sur des théories récentes proposant que les verbes soient au centre du développement syntaxique (Tomasello & Merriman, 1995). Cohérents avec les prédictions du modèle de “Child talk” (Chapman et al., 1992), les individus ayant un syndrome de Down produisent moins de verbes lexicaux ou grammaticaux par énoncé comparativement au groupe contrôle mais ils produisent une plus grande diversité de verbes lexicaux. Les résultats tendent à indiquer que les déficits syntaxiques, déjà bien documentés et que l'on retrouve chez les individus ayant un syndrome de Down, pourraient refléter une difficulté à accéder aux verbes lors de la construction des énoncés. Cette difficulté pourrait provenir de déficits relevant de la mémoire auditive à court-terme.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AMR QUEBEC» avec la collaboration de Nathalie Girouard, Sophie Méthot, Lyne Taillefer et Isabelle Vaillant.

French translations of the abstracts have been coordinated by «AAMR QUEBEC» with the collaboration of Nathalie Girouard, Sophie Méthot, Lyne Taillefer, and Isabelle Vaillant.

This content is only available as a PDF.
You do not currently have access to this content.