The May 2000 victory of Hezbollah over Israel, and the liberation of southern Lebanon, proposed and advanced a new and hitherto successful grand Arab liberation strategy. Inspired by this victory, and seemingly accepting Hezbollah’s new liberation strategy, the Second Palestinian Intifada (uprising) began four months later, and in January 2006 Hamas’s electoral victory in Palestine further signalled the hegemony of the new discourse. Hezbollah’s triumphs signified and significantly contributed to the formation of a new age in the Middle East, characterized mainly by the rise of a new Arab national consciousness that was most eloquently captured by Sayyed Hassan Nasrallah’s memorable phrase “Israel is weaker than a spider’s web.” The Arabs were reinventing themselves—and, by implication, reinventing Israel. This article investigates the rise of Hezbollah and the new Arab revolutionary discourse, focusing primarily on analyzing selected speeches and statements by Hezbollah secretary-general Sayyad Hassan Nasrallah. We argue that underlying Hezbollah’s success is the party’s ability to invent an Arab–Islamic revolutionary praxis: a combination of native Arab–Islamic revolutionary theory—which entails a re-imagining of Islam as well as the subversive reinvention of Arab–Islamic history and culture—and a unique paradigm of warfare.

La victoire du Hezbollah sur Israël en mai 2000 et la libération du sud du Liban ont dévoilé une nouvelle stratégie générale arabe de libération réussie. Inspirée par cette victoire, et en intégrant apparemment la nouvelle stratégie de libération du Hezbollah, la seconde Intifada (insurrection) palestinienne débuta quatre mois plus tard ; en janvier 2006, la victoire électorale du Hamas en Palestine marque l’hégémonie de ce nouveau discours. Les réussites du Hezbollah ont contribué à l’avènement d’une nouvelle ère au Moyen-Orient, principalement caractérisée par la montée d’une nouvelle conscience nationale arabe, synthétisée par la formule de Sayyed Hassan Nasrallah « Israël est plus faible qu’une toile de l’araignée ». Les Arabes se sont réinventés et par conséquent, ont réinventé Israël. Cet article examine la montée du Hezbollah et du nouveau discours révolutionnaire arabe, en focalisant principalement sur l’analyse d’un choix de iscours et de communiqués de Sayyad Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah. Nous proposons que le succès du Hezbollah repose sur sa capacité à inventer une praxis révolutionnaire arabo-islamique. C’est le mélange d’une théorie révolutionnaire araboislamique locale comprenant une ré-imagination de l’Islam et la réinvention subversive de l’histoire et de la culture arabo-islamique ainsi que d’un paradigme guerrier particulier

This content is only available as a PDF.
You do not currently have access to this content.