Two Landsat scenes (acquired on 21 May 1986 and 19 May 2000) were used to examine differences in surface temperature inside and outside the city of Abu Dhabi and to examine a potential relationship between vegetation abundance and drop in temperatures. Land cover maps of Abu Dhabi city and its surroundings spanning the period 1986–2000 were created using multispectral classification, and vegetation abundance maps using the vegetation fraction index and surface temperature maps from Landsat were created to study their spatial relationships using GIS-based multivariate statistical analysis. Differences in surface temperature between urban areas and their non-urban surroundings were also studied to assess any urban heat island (UHI) effect. A map showing the magnitude of UHI effect was created and linked to the vegetation abundance map. Results show that the UHI effect in major UAE urban centres is minimal; however, more investigation is needed to confirm this hypothesis for other UAE cities.

Deux images Landsat, pris le 21 mai 1986 et le 19 mai 2000, ont été utilisés pour étudier les différences de température de surface dans et à l’extérieur de la ville d’Abou Dhabi et pour examiner une éventuelle relation entre l’abondance de la végétation et une diminution de la température. Des cartes de l’occupation des sols de la ville d’Abou Dhabi et de ses environs, couvrant la période 1986-2000 ont été dressées en utilisant une classification multispectrale. Des cartes de l’importance de la végétation ont été dressées à l’aide d’un indice de fraction de la végétation ainsi que des cartes de température de surface ; elles ont permis d’étudier les relations spatiales existantes en utilisant des analyses multivariées couplées avec des SIG. Les différences de température de surface entre les zones urbaines et leur environnement non-urbain ont également été étudiées afin d’évaluer l’indice calorifique urbain (UHI). Une carte montrant l’ampleur de cet effet a été extraite et mise en relation avec la carte de la carte de l’importance de la végétation. Les résultats montrent que l’effet UHI dans les grands centres urbains des Émirats arabes unis est minime ; toutefois, une enquête plus approfondie est nécessaire pour confirmer cette hypothèse pour d’autres villes des Émirats.

This content is only available as a PDF.
You do not currently have access to this content.