At the close of the 19th century, an emergent urban bourgeoisie in Catalonia emulated its counterparts in more affluent European countries and developed distinctive cultural behaviour, such as travel to exotic locations. Egypt, and particularly Cairo, became a preferred destination. The initial aim of this paper is to present the images of Cairo as reflected in the travel narratives of several Catalan travellers. Although this was a familiar fascination, it reveals greater complexities concerning the relations between East and West, between different regions of the Mediterranean, and even within Spain itself. From these narratives, we initiate a critique of Orientalism on the grounds that duality necessarily masks more than it reveals.

Vers la fin du dix-neuvième siècle, une bourgeoisie urbaine naissante en Catalogne, faisant siennes les pratiques culturelles de leurs pairs dans des pays européens plus riches et plus avancés, développa des pratiques culturelles distinctives, comme le voyage exotique. L'Égypte, en particulier Le Caire, devint une destination privilégiée. Cet article a pour but initial de présenter les images du Caire exprimées dans les récits de voyages de plusieurs voyageurs catalans. Au-delà d'une fascination bien connue, les textes montrent davantage de complexités dans les relations entre l'Est et l'Ouest, entre les différentes régions de la Méditerranée et à l'intérieur de l'Espagne ellemême. À partir de ces récits, nous développons une critique de l'Orientalisme en nous fondant sur le fait que la dualité masque nécessairement plus qu'elle ne dévoile.

This content is only available as a PDF.
You do not currently have access to this content.