Abstract

Donner des soins aux adultes ayant un retard mental: sondage des directeurs de programmes de résidences en pratique familiale

C. V. Tyler, Jr., C. W. Snyder et S. J. Zyzanski

La Société des enseignants de la médecine familiale a reconnue l'importance d'insérer dans le curriculum de base des médecins de famille une formation sur la prodigation des soins aux personnes ayant un retard mental. Nous avons posté des questionnaires à tous les directeurs de programmes de résidences en médecine familiale aux États-Unis. Dans ce questionnaire nous leur demandions de décrire leur expériences et méthodes utlisées afin d'enseigner aux résidents les besoins de soins de santé des personnes ayant un retard mental ainsi que leur opinion sur l'importance de ce sujet. Nous avons trouvé que 84% des programmes fournissent aux résidents une ou plusieurs expériences et 60% donne un enseignement dans ce domaine spécifique aux résidents. La plupart des directeurs estiment que cet enseignement est soit très important ou important. Il n'y avait aucun lien entre le type ou l'âge du programme de résidence et la vraisemblance que les résidents reçoivent un enseignement sur le retard mental. L'importance de cet enseignement est discutée.

Autodétermination dans les milieux de vie et de travail: une étude à partir d'échantillons appariés d'adultes qui présentent un retard mental

M.L. Wehmeyer et N. Bolding

Les environnements dans lesquels les gens vivent, apprennent, travaillent et s'amusent ont une influence SUT plusieurs aspects de leur vie, incluant leur propre autodétermination. Ces environnements diffèrent quant au degré avec lequel ils permettent aux individus de recevoir du soutien individualisé et adapté à chacun. Dans cette étude, sont examinés l'autodétermination, l'autonomie, les choix de vie et la satisfaction quant au mode de vie d'adultes qui présentent un retard mental appariés selon les niveaux d'intelligence, l'âge et le sexe, mais différents selon le type de résidence et l'environnement de travail. Les résultats indiquent que chez les répondants, l'autodétermination, l'autonomie, la satisfaction et les occasions de faire des choix diffèrent selon les environnements.

Évaluation de l'orientation: relation entre le rapport de l'informant et les mesures directes

D.B. Burt, S. Primeaux-Hart, N.B. Phillips, T. Greene, K.A. Loveland, E. Cummings, K.R. Lewis, J. Lesser, L. Cleveland et Y.R. Chen

Bien que les rapports du fonctionnement quotidien des informants soient utilisé dans I'évaluation de la démence, la correspondance réelle entre de tels rapports indirects du fonctionnement et les performances véritables n'a pas été examinée. Les résultats d'orientation au “Dementia questionnaire for mentally retarded persans” ont été comparés à ceux obtenus en évaluation directe de l'orientation de 138 adultes présentant un retard mental. Un degré de correspondance, de convenable à bon, a été trouvé entre les rapports des informants et l'évaluation directe. Cependant pour quelques items d'orientation, le degré de correspondance est affecté par le quotient intellectuel non-verbal, la cause du retard mental et l'âge. Ainsi, les informants et les mesures directes d'orientation sont à la fois nécessaires dans l'évaluation de la démence, et davantage de travail est requis pour valider l'échelle de l'informant.

Planification de la vie future des adultes âgés qui présentent un retard mental: une expérience-terrain

M. J. Mahon et S. Goatcher

Un plan quasi-expérimental a été utilisé pour évaluer l'efficacité d'un modèle de planification de vie future basé sur l'éducation et les loisirs de 10 adultes âgés qui présentent un retard mental. Préalablement au processus de planification de la vie future, les sujets furent interviewés et complétèrent trois échelles standardisées afin d'évaluer leur taux de satisfaction face à la vie et aux loisirs et aux contraintes dans les loisirs. Un groupe témoin compléta les échelles mais ne participa pas au processus de planification. A la fin de l'étude, les deux groupes avaient complété les mêmes échelles. Les résultats indiquent que le groupe ayant suivi le processus de planification avait un taux de satisfaction face à la vie et aux loisirs significativement plus élevé à la fin de l'étude. Plusieurs participants ont aussi effectué des changements de style de vie en fonction des plans élaborés pendant l'étude. Les résultats indiquent que le processus de planification de la vie future peut contribuer à la qualité de vie des adultes âgés qui présentent un retard mental.

L'impact de l'implication de collègues de travail avec les employés soutenus quant aux salaires et à l'intégration

D. Mank, A. Cioffi et P. Yovanoff

Ce rapport est le quatrième d'une série portant sur les relations positives des caractéristiques typiques d'un emploi et I'implication de collegues de travail avec des personnes en emploi avec soutien à l'intégration et par le biais de salaire plus élevé. Au cours des dernières années, dans le discours sur les soutiens naturels, l'importance et la valeur de la participation des collègues de travail dans la vie professionnelle des employés ayant des incapacités ont été constamment soulignées. Des études antérieures ont fait ressortir le lien entre les soutiens naturels et des résultats d'emploi significatifs et satisfaisants. Nous avons exploré des détails spécifiques associés à la formation et au soutien de collègues de travail et leur relation avec les résultats économiques et sociaux qui permettent aux personnes qui ont des incapacités de réussir économiquement et socialement en emploi inclusif.

Comment les croyances des adultes façonnent les «communautés» langagières d'un enfant ayant de multiples handicaps

P. J. Tucker et R. R. Kretschmer

Des techniques ethnographiques et micro ethnographiques ont été utilisées pour vérifier dans quelle mesure les stratégies employées par deux adultes (une mère et un physiothérapeute) pour initier et maintenir les interactions avec un enfant de 2 ans présentant de multiples handicaps reflétaient les croyances et les valeurs du partenaire adulte sur la communication en général et sur l'enfant en particulier. Les résultats indiquent que le physiothérapeute utilisait les habiletés de l'enfant comme point de référence pour établir une «communauté» langagiere avec lui. La mère utilisait plutôt les demandes de la «communauté» plus large, de façon majoritaire sans handicap comme premier point de référence. La façon dont ces différences affectent le degré d'appartenance et le niveau d'indépendance de l'enfant dans ces «communautés» langagières est discutée.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AAMR-QUEBE» avec la collaboration de Sophie Méthot.

French translations of the abstracts have been coordinated by «AAMR-QUEBEC» with the collaboration of Sophie Méthot.

This content is only available as a PDF.