La construction de relations sociales par la valorisation des rôles: un projet d'appartenance à la communauté de trois adultes âgés.

J. E. Harlan-Simmons, P. Holtz, J. Todd et M. F. Mooney

Les expériences de trois adultes âgés ayant des incapacités de développement font ressortir des façons par lesquelles des relations sociales peuvent être développées en établissant des rôles communautaires. Les membres du «Community Membership Project» du Centre communautaire pour personnes âgées ont demandé à des travailleurs communautaires de travailler individuellement avec des personnes âgées ayant des incapacités de développement pour qu'elles puissent obtenir des rôles et des interactions socialement valorisés avec des personnes non handicapées de la communauté. Comme moyens pour atteindre cet objectif, les participants ont été soutenus pour qu'ils puissent s'investir dans des activités communautaires correspondants à leurs intérêts et talents. Ces talents avaient été identifiés durant une période d'exploration initiale. Les histoires des travailleurs communautaires illustrent les stratégies et les concertations nécessaires pour tisser des liens communautaires et des relations interpersonnelles significatives.

Continuité ou discontinuité de l'implication des familles suivant une transition résidentielle d'adultes présentant un retard mental.

M. M. Seltzer, M. W. Krauss, J. Hong, et G. I. Orsmond

L'implication des familles avec des adultes avec un retard mental suivant une transition résidentielle vers un milieu de vie sans parent a été examinée. Nous avons trouvé que les mères âgées étaient fortement impliquées dans le processus de relocalisation et avaient des contacts fréquents et poursuivaient leur implication émotionnelle avec leur enfant adulte. Les mères sont devenues de plus en plus satisfaites avec le contact avec leur enfant, moins inquiètes face au futur et avaient une diminution de leur niveau de soins directs et de contacts avec le personnel de la résidence. La fratrie rapportait une meilleure relation dans le temps. La fratrie pour qui le frère ou la soeur a quitté la maison familiale a augmenté ses activités et s'est sentie moins pessimiste face au futur. Les résultats colmatent une lacune importante dans la connaissance de l’évolution des rôles des familles avec une personne présentant un retard mental.

Trouver une voix: poésie et personnes présentant un retard mental

E. Kahn-Freedman

La poésie peut être utilisée comme un véhicule d'expression avec les personnes qui présentent des incapacités de développement, même avec celles qui sont très peu verbales. La poésie par des poètes connus peut être utilisé pour illustrer les concepts et augmenter l'expérience créatrice. Ainsi, à partir de questionnement stratégique, les idées des participants sont enregistrés sous forme de poésie. Les résultats peuvent être thérapeutiques de plusieurs manières et peuvent être une expression puissante de l'expérience humaine.

Réseau social et les personnes présentant un retard mental dans les milieux résidentiels.

J. Robertson, E. Emerson, N. Gregory, C. Hatton, S. Kessissoglou, A. Hallam, et C. Linehan

L'information a été colligée à partir du réseau social de 500 adultes avec un retard mental recevant différents types de soutiens résidentiels. Les résultats indiquent que: (a) la grandeur médiane du réseau social des participants (excluant le personnel) était de 2 personnes; (b) 83% des participants rapportaient avoir un membre du personnel, 72% un membre de leur famille, 54% une autre personne avec un retard mental et 30% la personne ne correspondait pas à aucune de ces catégories (c) la variation entre la grandeur et la composition du réseau social des participants était associé avec plusieurs variables incluant les caractéristiques personnelles des résidants (âge, autisme, habiletés et comportements problématiques), le type des accommodations actuelles et antérieures, le ratio de personnel, le climat institutionnel et l'implantation d'un soutien actif.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AAMR-QUEBEC» avec la collaboration de Yves Lachapelle et Diane Morin.