La participation des femmes en tant qu'auteures et éditrices dans des revues concernant le retard mental et les sujets associés

C. L. Porter, L. Christian et A. Poling

La présente enquête détermine la participation des femmes dans huit revues concernant le retard mental et les sujets qui y sont associés. Le nombre de femme auteures a été enregistré pour tous les articles publiés dans ces revues depuis 1991. Le nombre de femme du bureau de rédaction est compilé chaque année et ce pour chaque revue. Pour toutes les années et toutes les revues, les femmes étaient les premiers auteurs de 41% des articles publiés. Les femmes ont écrit 34% des articles pour lesquels il n'y avait qu'un seul auteur. Globalement, 45% de tous les auteures sont des femmes. Elles constituent 34% des membres des bureaux de rédaction pour les huit revues compilées. En somme, ces données suggèrent que la contribution des femmes au retard mental diminue selon le prestige de l'activité.

Comportement adaptatif et fonctionnement cognitif d'adultes ayant le syndrome de Down: Modelage des changements avec l’âge

B. A. Hawkins, S. J. Eklund, D. R. James et A. K. Foose

Cinquante huit adultes ayant un syndrome de Down (âgés de 31 ans à 56 ans au moment de la première évaluation, la moyenne d’âge était de 43,5 ans) ont été évalués dans le cadre d'une étude longitudinale, sur 10 ans, dans le but d’établir un modèle reliant l’âge aux changements dans le fonctionnement cognitif et le comportement adaptatif. Le fonctionnement cognitif a été évalué sept fois à l'aide du Woodcock-Johnson Tests of Cognitive Ability-Revised Early Development Battery. Le comportement adaptatif a été évalué à cinq reprises à l'aide du Inventory for Client and Agency Planning. Plusieurs niveaux (hiérarchie linéaire) de procédure de modelage furent utilisés pour modeler le changement avec l’âge. Les conclusions nous fournissent davantage de preuves en ce qui a trait aux changements dans les performances avec l’âge et incluent les effets sélectifs des participants qui ont complété les 10 ans d’étude et ceux qui ont été perdus au rappel aussi bien que ceux perdus en raison de l’âge de leurs cohortes.

Opinions des parents au sujet de la chirurgie plastique faciale pour des personnes ayant un syndrome de Down.

J. Goeke, D. Kassow, D. May et D. Kundert

La chirurgie plastique faciale est une intervention que certains ont proposée pour améliorer le fonctionnement physique, l'aspect, et l'acceptation sociale des individus ayant un syndrome de Down. Notre but dans cette étude était d'examiner les opinions des parents d'enfants ayant un syndrome de Down au sujet de cette pratique. Deux cents cinquante parents ont répondu à un sondage et étaient généralement au courant de la pratique, pourtant la majorité des répondants n'appuie pas cette chirurgie. Une recension des écrits sur ce sujet est présentée et des questions reliées sont discutées.

L'organisation de la différence: Personnes ayant un retard mental et le modèle social du retard

A. McClimens

Dans cet article, je suggère que l'expérience des personnes catégorisées comme ayant un retard mental est inadéquatement représentée par les théories actuelles du retard, soit, en autant que ce l'est, la dualité socialement construite entre le retard et la détérioration. Je soutiens que la représentation du retard mental à l'intérieur du large monde du retard en général pourra seulement être réalisée en pensant le retard sur un continuum. Cela pourrait préserver l'identité individuelle en réduisant la catégorisation et le conflit sur l'inné et l'acquis. Le débat peut se déplacer en considérant quelles méthodologies sont appropriées à la question.

Traitement à long terme d'hommes avec des tendances violentes et présentant un retard mental condamnés pour assaut

W. R Lindsay, R. Allan, F. MacLeod, N. Smart et A. H. W. Smith

Le succès du traitement du contrôle de la colère avec des personnes présentant un retard mental condamnés pour assaut n'a pas été vérifié. Nous avons utilisé un modèle à cas unique avec mesures répétées pour 6 hommes. Il y a eu récidivisme de rapporté pour au moins 4,5 ans et jusqu’à 10 ans. Un entraînement de la colère modifié incorporant de la restructuration cognitive et une réduction de l'excitation a été utilisé. Les participants n'ont pas démontré une réduction uniforme au niveau émotionnel ou comportemental de la colère et de l'agression. Quoique plusieurs conservent significativement de la colère, il y avait réduction de l'ampleur de leurs actes agressifs. Cinq non pas récidivés, un a récidivé à l'intérieur de 6 mois mais non dans les 4 années subséquentes. Le traitement du contrôle de la colère semble efficace pour les hommes avec un retard mental dans la communauté qui ont commis des actes inacceptables socialement et légalement.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AAMR-QUÉBEC» avec la collaboration de Brigitte Ferron, Mélanie Lamoureux-Hébert, Maude Lépine et Diane Morin.

French translations of the abstracts have been coordinated by “AAMR QUEBEC” with the collaboration of Brigitte Ferron, Mélanie Lamoureux-Hébert, Maude Lépine and Diane Morin.