La participation des femmes en tant qu'auteures et éditrices dans des revues concernant le retard mental et les sujets associés

C. L. Porter, L. Christian et A. Poling

La présente enquête détermine la participation des femmes dans huit revues concernant le retard mental et les sujets qui y sont associés. Le nombre de femme auteures a été enregistré pour tous les articles publiés dans ces revues depuis 1991. Le nombre de femme du bureau de rédaction est compilé chaque année et ce pour chaque revue. Pour toutes les années et toutes les revues, les femmes étaient les premiers auteurs de 41% des articles publiés. Les femmes ont écrit 34% des articles pour lesquels il n'y avait qu'un seul auteur. Globalement, 45% de tous les auteures sont des femmes. Elles constituent 34% des membres des bureaux de rédaction pour les huit revues compilées. En somme, ces données suggèrent que la contribution des femmes au retard mental diminue selon le prestige de l'activité.

La prise de décision concernant les soins de santé par des adultes ayant un retard mental.

C.D. Cea et C.B. Fisher

Les habiletés des adultes ayant un retard mental léger, moyen ou n'ayant pas de retard mental à comprendre des traitements hypothétiques ont été investiguées en utilisant l'Assessment of Consent Capacity—Treatment, développée pour cette étude, basée sur les normes de consentement psycho-légales d'Appelbaum et Roth. Les résultats dans tous les groupes diminuaient avec l'augmentation de la complexité psycho-légale de la prise de décision du consentement. La plupart des adultes ayant un retard mental léger ou n'ayant pas de retard mental et presque la moitié des adultes ayant un retard mental moyen ont été capable de faire un choix parmi des traitements, de justifier ce choix et de comprendre, pleinement ou partiellement, les informations du traitement. La plupart des adultes n'ayant pas de retard mental, 50% de ceux ayant un retard mental léger et 18% de ceux ayant un retard mental moyen ont été capable d'apprécier partiellement la pertinence du choix du traitement pour un patient dans une situation donnée et d’évaluer les risques et les bénéfices de ce traitement. Les implications de ces résultats pour les droits des patients sont discutées.

Propriétés psychométriques du Beck Depression Inventory et du Zung Self-Rating Depression Scale in Adults With Mental Retardation.

R. Powell

Les propriétés psychométriques du Beck Depression Inventory et du Zung Self-Rating Depression Scale examinées. Les deux tests ont été administrés à 120 adultes ayant un retard mental. Les résultats ont été analysés, corrélés et examinés avec les principales composantes de l'analyse. Les résultats suggèrent que les tests ont une bonne utilité clinique avec ces personnes et que la dépression peut être plus grave chez les personnes ayant un retard mental. Des caractéristiques qui peuvent être employées dans l’élaboration de d'autres mesures comportementales de dépression pour des personnes ayant un retard mental ont été également identifiées. Les résultats indiquent qu'il existe une tendance pour des personnes ayant un retard mental à réduire au minimum le rapport de détresse compliquant ainsi le processus diagnostique de la dépression pour ces personnes.

Les meilleures et les pires façons de motiver les employés dans des ressources communautaires: brève revue des superviseurs.

M.B. Parsons, D.H. Reid et R.E. Crow

Des superviseurs dans des ressources communautaires ont fait un survol des meilleures et des pires façons de motiver les employés à travailler de façon appliquée et enjouée. La plupart des répondants (88%) ont rapporté que c’était très, ou extrêmement important pour les superviseurs de motiver leurs employés, bien que seulement 53% ont rapporté que les superviseurs accomplissaient bien leur tâche à cet égard. Concernant la meilleure façon de motiver les employés, la catégorie de réponses la plus commune était d'interagir positivement et de donner une rétroaction positive pour le travail accompli. En ce qui a trait à la pire façon de motiver, la catégorie de réponses la plus commune était d'interagir négativement avec les employés et de donner des rétroactions négatives. Les résultats sont discutés en mettant l'emphase sur les styles d'interactions positifs et de rétroactions donnés par les superviseurs pour aider à assurer le soutien de la communauté à l'expérience de l'employé dans un environnement de travail motivant.

Comparaison des coûts entre un cadre de vie communautaire et des résidences institutionnelles: revues des recherches sélectionnées.

K.K. Walsh, T.A. Kastner et R.G. Green

Une recension des écrits portant sur la comparaison des coûts entre un cadre de vie communautaire et institutionnel pour des personnes présentant un retard mental et des incapacités liées au développement a été effectuée. Nous avons sélectionné des écrits pour cette recension qui ont été publiés dans des revues dans lesquelles les textes sont révisés par les pairs et avaient été cités, soit dans le domaine de la comparaison des coûts, ou parce qu'ils fournissaient une nouvelle approche du domaine. Des problèmes méthodologiques ont été identifiés dans la plupart des études réexaminées, bien qu'une recherche récente employant des méthodes multivariées promet de faire la lumière sur ce domaine de recherche. Les résultats ne supportent pas, sans réserve, une position voulant que le cadre communautaire soit moins dispendieux que le cadre institutionnel et suggère que le personnel en cause joue un rôle important dans toutes les différences de coût identifiées. Les implications sont discutées à la lumière de ces résultats.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AAMR-QUÉBEC» avec la collaboration de Brigitte Ferron, Mélanie Lamoureux-Hébert et Diane Morin.

The French translation of the abstracts have been coordinated by «AAMR-QUÉBEC» with the collaboration of Brigitte Ferron, Mélanie Lamoureux-Hébert, and Diane Morin.