Contexte culturel dans lequel sont donnés des soins: différence quant à la dépression entre les mères Porto Ricaines et les mères blanches non latines d'adultes ayant un retard mental.

S. Magaña, M. M. Seltzer et M. W. Krauss

Les différences quant à la dépression entre les mères Porto Ricaines et les mères blanches non latines donnant des soins à leur enfant adulte ayant un retard mental sont examinées. Dans cette étude, l'emphase est mise sur: comment les problèmes familiaux peuvent influencer l'effet des comportements problématiques de l'adulte sur le niveau des symptômes de dépression de la mère et en quoi ce processus diffère entre les deux groupes de mères. Comme mentionné dans l'hypothèse, les problèmes familiaux constituent un indice fort permettant de prédire les symptômes de dépression chez les mères Porto Ricaines autant que chez les mères blanches non latines. De plus, les mères Porto Ricaines ont une moins bonne santé physique, ce qui contribue davantage à la différence trouvée entre les deux groupes quant à la dépression.

Orientations culturelles des Indiens sud asiatiques envers le retard mental

S. Gabel

Les résultats partiels d'une étude ethnographique de deux ans concernant des immigrants hindous provenant du nord de l'Inde et qui habitent maintenant le mid-ouest des États-Unis sont discutés. Ces résultats éclairent les façons dont les participants perçoivent et discutent du retard mental, comment l'information linguistique a été obtenue et le contexte culturel où chacun des participants a élaboré ses opinions. Des implications pour la pratique en éducation spécialisée sont explorées ainsi que des stratégies qui pourraient faciliter le travail avec des familles indiennes. Des pistes de recherche éventuelles sont incluses.

Attitudes du personnel américain et israélien envers les personnes présentant un retard mental

D. B. Henry, I. Duvdevany, C. B. Keys et F. E. Balcazar

Nous avons comparé les attitudes d'inclusion du personnel d'organismes communautaires aux Etats-Unis et en Israël. Des échantillons de 147 (États-Unis) et 74 (Israël) employés ont été évalués à l'aide du Community Living Attitudes Scale (CLAS). Les résultats ont démontré que des niveaux d’éducation plus élevés, peu importait la nation, étaient associés à des résultats plus élevés aux composantes Appropriation et Similarités et à des résultats plus bas aux composantes Exclusion et Protection (sheltering). Les attitudes d'appropriation étaient fortement reliées aux différences entre les organismes au sein desquels les individus étaient employés. En ce qui concerne l’âge, l’éducation et l'organisme, nous avons trouvé que les employés aux États-Unis avaient de plus hauts résultats d'appropriation que ceux vivant en Israël. Les employés d'Israël avaient des résultats supérieurs aux scores de Protection et de Similarité et, marginalement, aux scores d'Exclusion.

Aliénation des droits: perspectives de mères d'origine latine de jeunes adultes présentant un retard mental sur les systèmes de services

J. Shapiro, L. D. Monzó, R. Rueda, J. A. Gomez et J. Blacher

Même si le partenariat et la collaboration entre les parents et les professionnels est la pierre angulaire de l’éducation spécialisée et des systèmes de services, cette relation existe davantage en tant qu'idéal, surtout lorsqu'en présence de familles à faibles revenus et culturellement différentes. Nous avons examiné les opinions de 16 mères d'origines latines de jeunes adultes présentant un retard mental et ayant un faible revenu. À l'aide de trois groupes de discussion (focus group), nous avons étudié leurs relations avec les systèmes d’éducation et celui leur offrant les services. Les plus importantes préoccupations identifiées étaient: (a) une communication déficiente, (b) le peu d'efforts déployés pour offrir les services, (c) une attitude négative du professionnel envers l'enfant-client, et (e), le rôle central de la mère dans le bien-être des enfants. Les mères avaient tendance à adopter une attitude d'aliénation de leurs droits dans leurs relations avec les besoins de services et d’éducation de leurs enfants.

L'amitié entre personnes qui ont ou n'ont pas de retard mental

C. Pottie et J. Sumarah

Les rapports interpersonnels, l'amitié et l'appartenance jouent des rôles importants pour le bien-être émotionnel et physique d'un individu. Toutefois, des études récentes ont démontré que les personnes présentant un retard mental vivent souvent avec peu de relations et d'amitiés, dans des communautés non accueillantes. Par cette étude qualitative, nous pénétrons dans le domaine relativement peu exploré de l'amitié entre des personnes qui ont un retard mental et d'autres qui n'en ont pas en interrogeant quatre dyades amicales existantes dans la communauté de L'Arche. Dans cette recherche, les amitiés sont décrites, les facteurs qui encouragent ou gênent leur développement sont identifiés et les influences de la communauté sur ces relations sont discutées.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AAMR-QUÉBEC» avec la collaboration de Brigitte Ferron, Julie Ferron, Marie-France Giard et Diane Morin.

The French translation of the abstracts have been coordinated by «AAMR-QUÉBEC» with the collaboration of Brigitte Ferron, Julie Ferron, Marie-France Giard, and Diane Morin.