Avons-nous réalisé des progrès? Inclusion des élè ves présentant une déficience intellectuelle dans les classes régulières

P. Smith

Dans quelle mesure les élèves présentant une déficience intellectuelle sont-ils inclus dans les classes régulières aux États-Unis? Malgré que l'inclusion soit acceptée dans les meilleures pratiques en éducation spécialisée, peu de progrès a été réalisé dans l'inclusion des élèves présentant une déficience intellectuelle et d'autres incapacités développementales. En utilisant des données historiques ainsi que les données fédérales les plus récentes, nous avons exploré le pourcentage d'étudiants présentant une déficience intellectuelle qui sont entièrement inclus dans des classes régulières, autant nationalement que dans chaque État. Les États sont classés par ordre selon le pourcentage d'élèves qui sont inclus. Nationalement, en 2002–2003, moins de 11% des élèves présentant une déficience intellectuelle étaient entièrement inclus dans des classes régulières. Des aspects concernant la recherche, la politique et la défense de droits sont discutés.

Patrons d'utilisation des services de santé de première ligne par les personnes présentant des incapacités intellectuelles et développementales en Floride

A. Hall, D. Wood, T. Hou et J. Zhang

Les personnes présentant des incapacités intellectuelles et développementales font face à des problèmes médicaux complexes. Les médecins de première ligne fournissent généralement des services médicaux de base qui permettent d'accéder à d'autres types de services. Dans cette étude, nous décrivons les patrons d'utilisation de services de première ligne chez les adultes impliqués dans le Florida Medicaid's Home and Community-Based Services Waiver. Environ 40% des adultes du Waiver n'ont vu aucun dispensateur de services de première ligne entre 1999 et 2003. L'utilisation des services de première ligne est supérieure dans les régions du Nord de la Floride et inversement inférieur dans les régions du Sud. L'établissement de maisons médicales peut assurer des services de prévention, ainsi qu'aider à la coordination des soins complexes dont de nombreuses personnes ayant des incapacités ont besoin.

Narration dans une coquille de noix: partager les espoirs, les peurs et les rêves avec l'autodéfenseur

G. Roets, D. Goodley et G. Van Hove

La grande narration du modernisme est une histoire dominante avec de profondes implications sociopolitiques dans la vie des personnes présentant une déficience intellectuelle. Dans cet article, nous faisons la lumière sur les histoires et les théories interprétatives des autodéfenseurs, qui habituellement demeurent cachés entre les lignes des histoires. Les professionnels dans le domaine sont empressés de faire face aux défis existentiels des autodéfenseurs et nous amènent, comme alliés théoriques, vers des conversations plus profondes sur la théorie de l'incapacité. Ici, nous cherchons à soutenir la circulation de leur sagesse et de leur connaissance pour une structure théorique utile. Nous expérimentons à l'aide de marqueurs poststructuralistes et féministes ainsi que quelques notions du rhizome de Deleuze et Guattari.

Définir la déficience intellectuelle: Une question de vie ou de mort

W. Lichten et E. W. Simon

Puisque les personnes présentant une déficience intellectuelle (DI) ne peuvent être exécutées pour un meurtre, le diagnostic de DI devient une question de vie ou de mort. L'Association américaine du retard mental (AAMR; maintenant l'AAIDD) ainsi que d'autres associations s'entendent pour dire que le QI seul est un critère insuffisant et que le fonctionnement adaptatif doit également être considéré. Toutefois, il n'existe pas de mesure quantitative satisfaisante incluant à la fois le QI et le fonctionnement adaptatif. Nous proposons une solution à ce problème en définissant une échelle de Quotient Total (QT), soit une mesure constituée du QI et des résultats standard de fonctionnement adaptatif. Nous estimons que la marge d'erreur de certains ré sultats (QI, ou fonctionnement adaptatif, ou QT) est de 10 points, quatre fois celle habituellement associée à l'erreur type donnée par les concepteurs des tests de QI. La procédure ici est de fournir une discussion sur la distinction entre la validité convergente et divergente.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AAMR-QUÉBEC» avec la collaboration de Marie-France Giard, Julie Mérineau-Côté et Isabelle Picard.

The French translation of the abstracts have been coordinated by “AAMR-QUÉBEC” with the collaboration of Marie-France Giard, Julie Mérineau-Côté and Isabelle Picard.