Satisfaction et perception de bien-être de prestataires du Medicaid ICF/MR et du HCBS provenant de six états américains

Roger J. Stancliffe, K. Charlie Lakin, Sarah Taub, Giuseppina Chiri et Soo-yong Byun

L'auto-évaluation de la satisfaction et la perception du bien-être de 1885 adultes présentant une déficience intellectuelle ou une incapacité du développement prestataires du Medicaid Home and Community Based Services (HCBS) et du Intermediate Care Facility (ICF/MR) Services dans six États a été recueillie. Les questions abordées portaient sur différents thèmes tels que la solitude, le sentiment de peur chez-soi et dans son quartier, le sentiment de joie, le sentiment que le personnel est gentil et poli et le sentiment d'aimer son chez-soi et son travail/activité de jour. La solitude était la problématique la plus répandue et un petit pourcentage d'adultes a rapporté des propos négatifs pour d'autres variables. Quelques différences ont été trouvées entre les services HCBS et ICF/MR. Les résultats permettent de documenter les bénéfices du soutien résidentiel offert dans des petits milieux, offrant le choix quant au lieu et aux colocataires, et aux individus vivant avec leur famille.

Les refuges de la solitude: une étude faite à travers les autobiographies de personnes ayant un trouble autistique et portant sur leurs interactions sociales

Julie Causton-Theoharis, Christine Ashby et Meghan Cosier

Plusieurs hypothèses portant sur les difficultés et l'absence d'intérêt dans les interactions sociales, sont centrales et communes aux définitions portant sur la compréhension du trouble autistique. Cependant, beaucoup d'individus ayant un trouble autistique expriment l'envie d'avoir des interactions sociales. Cet article utilise des données autobiographiques, écrites par des personnes ayant été identifiées comme ayant un trouble autistique. Ces ressources permettent une recherche qualitative et plus particulièrement permettent l'analyse de la description faite des relations sociales. A travers une enquête narrative, nous avons examiné la manière dont les personnes ayant un trouble autistique décrivent leurs notions et leurs expériences de l'interaction sociale. Cet article expose les thèmes suivant: a) le désir d'établir des liens et b) le cheminement à travers le monde des personnes. Finalement, l'impact de l'éducation reçue par ces participants a été étudié.

Inclusion sociale d'enfants présentant une déficience intellectuelle dans un programme récréatif

Gary N. Siperstein, Gary C. Glick et Robin C. Parker

L'acceptation sociale des enfants présentant une déficience intellectuelle ou non a été examinée dans un programme récréatif d'été. Les participants étaient composés de 67 enfants qui allaient faire leur entrée scolaire de la 3ème à la 6ème année. De ce nombre, 29 présentaient une déficience intellectuelle légère. Les enfants étaient recrutés dans divers territoires scolaires, avec des élèves provenant de plusieurs nationalités et de plusieurs niveaux socioéconomiques. Les résultats démontrent que les enfants présentant ou non une déficience intellectuelle étaient acceptés également par leurs pairs. Plus précisément, 95% des enfants ne présentant pas de déficience intellectuelle ont indiqué qu'ils appréciaient 〈〈sortir avec〉〉 au moins un enfant ayant une déficience intellectuelle. Les résultats indiquent également que la majorité des enfants ne présentant pas de déficience intellectuelle se sont fait au moins un nouvel ami avec un autre enfant ayant une déficience intellectuelle. Les caractéristiques d'une programmation récréative favorisant l'inclusion sociale sont abordées.

Facteurs associés à la vie à l'intérieur des Centres de développement en Californie

Charlene Harrington, Taewoon Kang, & Jamie Chang

Cette étude examine les besoins, les facteurs prédisposant, les facteurs de marché et les facteurs régionaux qui prédisent la probabilité qu'une personne présentant un retard du développement vive dans un Centre de développement d'État (DCs) comparativement à vivre à la maison, dans une ressource communautaire, dans une résidence intermédiaire (ICFs) ou autres. Ensuite, des analyses de données utilisant des modèles de régression logistique ont été effectuées concernant tous les individus âgés de 21 ans et plus qui présentaient une déficience intellectuelle modérée, grave ou profonde. Les besoins des clients étaient le facteur ayant la plus forte association avec les conditions des milieux de vie, les personnes vivants à l'intérieur des DCs ayant les besoins les plus complexes. Les hommes avaient une plus grande probabilité de vivre à l'intérieur d'un DCs qu'un autre type de résidence. Tandis que pour les personnes plus âgées la probabilité de vivre à l'intérieur d'un DCs plutôt que dans une ICF était plus faible comparativement aux autres personnes présentant un retard du développement. Les Asiatiques, les Afro-américains ainsi que les hispanophones avaient moins de chance de vivre à l'intérieur d'un DCs qu'à la maison. La difficulté à obtenir des lits adaptés pour les personnes âgées diminuait la probabilité pour ces personnes de vivre à l'intérieur d'un DCs. De plus, la probabilité de vivre dans un DCs variait beaucoup selon la région. Le contrôle des besoins et des autres variables a prédit la condition du milieu de vie des personnes. Les responsables doivent s'assurer de fournir des ressources adéquates afin de réduire le besoin des personnes présentant une déficience intellectuelle de vivre dans un DCs et d'assurer la transition de ces dernières vers d'autres milieux de vie plus adaptés.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par «AAIDD-Québec» avec la collaboration de Mélissa Clark, Ioanna Guikas, Julie Mérineau-Côté, Mélissa Moscato et Diane Morin.

The French translation of the abstracts has been coordinated by “AAIDD-Québec” with the collaboration of Mélissa Clark, Ioanna Guikas, Julie Mérineau-Côté, Mélissa Moscato, and Diane Morin.