Enfants ayant une déficience intellectuelle et protection de la jeunesse: trajectoires et placements en famille d'accueil

Les écrits scientifiques actuels suggèrent que les enfants ayant une déficience intellectuelle sont plus à risque de maltraitance. Il existe peu de données quant aux enfants ayant une déficience intellectuelle supervisés par la direction de la protection de la jeunesse ou ceux vivant en famille d'accueil. Les raisons justifiant l'implication du système de protection de la jeunesse ainsi que les types de placement sont explorés. Pour cette étude transversale exploratoire, nous avons utilisé les données fournies par l'Adoption and Foster Care Reporting System (AFCARS) de 46 États ainsi que celles du District de Columbia et de Porto Rico. Un échantillon de 17 714 enfants avec une déficience intellectuelle et un groupe de comparaison (n =  655 536) ont été identifiés pour l'année de 1999. Les résultats suggèrent entre autres la prévention du retrait des enfants de leur aidant et la promotion de l'inclusion dans la communauté d'enfants en famille d'accueil.

Les facteurs psychosociaux présents durant les périodes de changement chez les adultes ayant une déficience intellectuelle

Les relations entre les construits d'un modèle trans-théorique utilisant un échantillon de 121 adultes ayant une déficience intellectuelle légère à Taiwan ont été examinées. Les données portant sur les périodes de changement et les mesures du modèle psychosocial trans-théorique ont été recueillies lors d'entretiens. Bien que l'analyse MANCOVA ait révélé que le processus comportemental, le processus cognitif et l'auto-efficacité évoluent, et que les pros perçus augmentent à travers le temps, nous n'avons pas trouvé un modèle linéaire d'association. L'analyse directe de la fonction discriminante a indiqué que les prédicteurs les plus importants des périodes de changement sont des processus comportementaux, cognitifs, et d'auto-efficacité. L'exactitude du classement des périodes de changement à l'aide du modèle psychosocial était de 56,2%. Il est nécessaire de développer des mesures psychosociales spécifiquement pour cette population.

Les interventions pour promouvoir l'activité physique et une alimentation saine: qu'est-ce qui fonctionne pour des personnes présentant une déficience intellectuelle?

Une recension des écrits portant sur les interventions qui font la promotion de l'activité physique et d'une alimentation saine pour les personnes présentant une déficience intellectuelle a été effectuée. Les recherches ont été menées dans les bases de données MEDLINE, PsycINFO et CINAHL pour la période de 1986 à juillet 2006. La recension finale incluait 11 articles comprenant 12 études. En général, cette recension indiquait les bienfaits physiques et psychosociaux de l'activité physique et des programmes d'exercice chez des adultes présentant une déficience intellectuelle lorsque ces programmes se déroulaient dans la communauté. Aussi, des pertes de poids ont été observées lorsqu'un programme d'éducation comportementale sur la santé donnant des informations sur l'exercice et la nutrition était inclus.

La perception des parents et athlètes sur la participation aux Olympiques spéciaux: utilité et danger d'utiliser les proches comme répondants

La participation à des activités sportives a des avantages pour les personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs parents. Notre but ici était de confirmer ces avantages et de déterminer si ce qui était rapporté par les athlètes était comparable à ce que rapportaient leurs parents (c'est-à-dire tester la validité de la réponse d'un proche). Nous avons mené des entrevues auprès de 34 athlètes des jeux Olympiques spéciaux en voile/kayak et leurs parents. Des entrevues ont eu lieu à une compétition régionale d'Olympiques spéciaux et, par téléphone, 12 mois plus tard. Les résultats suggèrent que la participation aux Olympiques spéciaux a un impact positif sur les parents et les athlètes. Cependant, comparativement aux athlètes, les parents ont surestimé les bénéfices, ce qui indique que l'utilisation des parents comme répondants ne devrait pas être systématique.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par 〈〈AAIDD-Québec〉〉 avec la collaboration de Mélissa Clark, Marc-André Gagnon, Ioanna Guikas, Marie-Pier Guimont et Diane Morin.