Prévalence des troubles de santé chroniques chez les enfants présentant une déficience intellectuelle: une revue systématique de la littérature

Une revue systématique des taux de prévalence des troubles de santé chroniques chez une population d'enfants présentant une déficience intellectuelle a été effectuée. En tout, 2994 études pertinentes ont été identifiées suite à une recherche dans les bases de données Medline, Cinahl, et PsycINFO de 1996 à 2008. Trente-et-une études ayant une qualité méthodologique suffisante ont été conservées. Les six troubles de santé chroniques les plus prévalent chez les enfants présentant une déficience intellectuelle sont l'épilepsie (22,0/100), la paralysie cérébrale (19,8/100), les troubles anxieux (17,1/100), le trouble d'opposition (12,4/100), le syndrome de Down (11,0/100) et le trouble autistique (10,1/100). Les taux de prévalence rapportés des troubles de santé chroniques dans cette population étaient plus élevés que dans la population générale. Toutefois, le nombre d'études incluses ainsi que le nombre de troubles de santé chroniques rapportés étaient limités. Il y a un besoin urgent d'obtenir de meilleures données concernant la prévalence des troubles de santé chroniques chez les enfants présentant une déficience intellectuelle.

L'exploration des perceptions de l'autodétermination chez des personnes présentant une déficience intellectuelle

Des entrevues ont été effectuées auprès de 17 personnes présentant une déficience intellectuelle afin de mieux comprendre l'impact de l'autodétermination sur leur vie. Les thèmes provenant des entrevues ont été classées en trois catégories: le sens de l'autodétermination, l'apprentissage de l'autodétermination, et les projets pour le futur. Les participants ont décrit l'autodétermination comme l'aptitude à faire des choix et à être en contrôle de sa propre vie et de son environnement en plus d'être capable d'atteindre des buts et de s'impliquer dans la défense de ses droits. En général, leurs perceptions confirment l'importance de promouvoir le développement d'habiletés personnelles et d'attitudes associées à l'autodétermination, de changer les systèmes afin de créer des opportunités d'autodétermination dans l'environnement afin d'être un agent causal de sa vie. Les implications pour des recherches futures et la pratique sont également discutées.

Évaluation d'une approche pour la perte de poids chez des adultes ayant une déficience intellectuelle ou une incapacité du développement

Des 79 adultes avec une déficience intellectuelle ou une incapacité du développement et un surpoids ayant participé au programme de perte de poids, 73 ont complété la diète d'une période de 6 mois. L'ampleur de l'intervention consistait en la consommation d'aliments et breuvages de grand volume et hypocaloriques y compris des 〈〈shakes〉〉 à titre de substitut de repas. Des entrées surgelées faibles en calories étaient recommandées afin de contrôler la taille des portions. La marche était encouragée à titre d'activité physique. Les participants ont assisté à des rencontres mensuelles durant lesquelles un petit montant d'argent était échangé afin d'obtenir l'auto-enregistrement, à l'aide de formulaires illustrés par des photographies, de la consommation calorique et de l'activité physique. La perte moyenne de poids était de 12,3 livres (6,3%) de moins que le niveau de base après une période de 6 mois, avec une perte de poids chez 64 des 73 personnes inscrites. Pour ceux ayant accepté le suivi 6 mois après la fin du programme, une perte de poids de 9,4% du niveau de base a été observée. Une augmentation des choix et du contrôle sont discutées en tant que contributeurs potentiels à la réussite personnelle au programme de perte de poids.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par 〈〈AAIDD chapitre Québec〉〉 avec la collaboration de Mélissa Clark, Marie-Pier Guimont, Julie Mérineau-Côté, Audrée Tremblay et Diane Morin.