Les inégalités dans les services utilisés et les dépenses encourues pour les personnes ayant une déficience intellectuelle en Californie en 2005 et 2013

Cette étude examine les services utilisés et les dépenses encourues chez les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) qui vivent à la maison et en communauté dans l'état de la Californie en 2005 et 2013. Le nombre de personnes évaluées pour des services reliés à une DI a augmenté, tout comme le pourcentage de personnes qui n'ont pas reçu de services entre 2005 et 2013. En contrôlant les besoins des clients et en utilisant des régressions logistiques, les enfants de 3 à 21 ans avaient moins de chance que les autres groupes d'âge de recevoir des services. Les minorités ethniques et raciales étaient moins susceptibles de recevoir des services que les populations caucasiennes. Les femmes, les jeunes et tous les groupes minoritaires ethniques et raciaux qui ont reçu des services avaient des dépenses significativement moins élevés avec d'importantes variations géographiques. Les disparités selon l'âge, le sexe, l'ethnie et la géographie ont perduré dans le temps en Californie.

Apprendre à appliquer l'algèbre dans les communautés adultes ayant une déficience intellectuelle

Les élèves ayant une déficience intellectuelle (DI) sont couramment exclus des cours d'algèbre ou autre cours de haut niveau en mathématiques. Les élèves du secondaire présentant une DI suivent des cours d'arithmétique et des cours pour développer leur autonomie plutôt que d'apprendre l'algèbre. Pourtant, les compétences algébriques peuvent aider à l'apprentissage des habiletés de gestion de l'argent et à faire un budget. Cette étude examine la possibilité d'enseigner l'algèbre à des adultes ayant une DI par un programme expérimental. Dix individus présentant une DI ont participé à un cours de 6 semaines sur le cadre théorique des concepts mathématiques sans les défis de la manipulation de l'argent dans le contexte quotidien. Cet article étudie des techniques pédagogiques, discute des stratégies qu'emploient les élèves, et propose des pistes de recherches futures pour l'analyse de stratégies d'enseignement des mathématiques pour des personnes ayant une DI.

L'échelle des stratégies et besoins de soutien à l'activité physique : développement et utilisation

Les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) se livrent à une activité physique insuffisante qui affecte négativement leur santé. Conformément à la conception actuelle de la DI et le paradigme du soutien, la présente étude vise à développer et à faire l'évaluation psychométrique d'un instrument qui examine les stratégies et besoins de soutien en ce qui concerne l'activité physique chez les personnes ayant une DI (n = 529), les fournisseurs de services (n = 522 ), et les membres de la famille (n = 462) comme sources d'information. L'analyse a révélé une fiabilité adéquate pour l'instrument proposé, avec des valeurs alpha entre 0,70 et 0,80, et une validité de construit adéquate pour les versions de l'échelle des trois sources d'information, en particulier pour celle des fournisseurs de services. Les informations d'évaluation peuvent être incluses dans les plans de soutien individualisés et pourraient être utilisées pour concevoir et mettre en œuvre des stratégies pour faciliter l'activité physique d'une personne dans sa communauté.

Les processus de résilience soutenant les adolescents qui ont une déficience intellectuelle: une étude de cas multiples

La résilience, ou le processus d'adaptation aux risques, repose sur une collaboration constructive entre les jeunes et leurs écologies sociales. Bien que la littérature détaille les risques reliés à une déficience intellectuelle (DI), il y a peu d'informations expliquant pourquoi certains jeunes s'en sortent bien malgré ces risques. Par conséquent, l'article rapporte une étude de cas multiples qui donne un aperçu de la résilience de 24 adolescents ayant une DI. À l'aide de la méthode Draw-and-talk, ces jeunes ont expliqué que leur résilience était favorisée principalement par le soutien de leurs écologies sociales (lesquelles ont facilité la régulation émotionnelle et comportementale, ont encouragé le sentiment de maîtrise, les ont considéré comme des personnes pouvant être un agent de changement et leur ont offert des espaces sécurisants). L'approche positive des adolescents face à leur mode de vie facilite leur processus de résilience. Ces constats proposent des moyens efficaces pour promouvoir la résilience chez les jeunes ayant une DI.

Revue systématique des programmes de santé publique portant sur des changements comportementaux chez les personnes présentant une déficience intellectuelle

Les personnes présentant une déficience intellectuelle (DI) affichent des taux élevés de problèmes de santé chroniques et un moins bon état de santé générale comparativement aux personnes sans déficience. L'attention récemment portée aux comportements à risque pour la santé, tels qu'une mauvaise alimentation, un manque d'activité physique ou une sous-utilisation des soins de santé a mené au développement de plusieurs programmes conçus pour réduire les inégalités dans cette population à travers des programmes de promotion de la santé. Une revue de la littérature a été effectuée en se concentrant sur des programmes développés pour cibler des changements comportementaux chez les personnes ayant une DI. Treize études, évaluant dix programmes différents de promotion de la santé, ont été trouvées. Ces programmes varient significativement dans leur conception, ciblent des changements de l'état de santé, et démontrent leur efficacité. Les composantes de chacun des programmes sont systématiquement révisées et des recommandations sont faites pour des programmes futurs basées sur des données probantes.

La traduction des résumés en français a été coordonnée par “AAIDD Chapitre Québec” avec la collaboration de Julie Beauchemin, Janie Degré-Pelletier, Julie Deschamps, Caroline Faust, Marie-Josée Leclerc, Carole Légaré et Diane Morin.

“AAIDD Quebec Chapter” has coordinated the French translation of the abstracts in collaboration with Julie Beauchemin, Janie Degré-Pelletier, Julie Deschamps, Caroline Faust, Marie-Josée Leclerc, Carole Légaré, and Diane Morin.